Google+

Devenir consultant : se lancer et sortir du lot

Pour certains, le fait déclencheur est un licenciement qui pousse à réintégrer le marché du travail.
Pour d’autres, c’est la concrétisation d’un projet longtemps mûri de changer de braquet pour dynamiser une carrière.

Devenir consultant ?

Devenir consultant ?

 

Encore faut-il effectuer le virage au moment opportun, trouver son positionnement et savoir se vendre. Nos conseils pour bien préparer cette transition.

Clarifier son objectif :
Devenir consultant est-il un choix par défaut ou une volonté de s’épanouir dans sa carrière ?
Il est important d’y répondre. Car un consultant doit posséder une très bonne fibre commerciale, être persévérant et savoir s’adapter en permanence à la diversité de ses clients.
Et l’indépendance a aussi un prix : celui de la solitude, et son flot de remise en cause permanente. En amont, un bilan de compétence peut être une solution pour cerner les motivations.

Se donner du temps
Plusieurs mois, voire un an : voila la durée minimum pour structurer son projet. Car pour démarrer il est important d’avoir une bonne expertise du secteur, un solide carnet d’adresses, et définir votre plus-value – cet atout supplémentaire – qui fera la différence.

Démarrer en sécurité
S’adapter en permanence aux besoins de ses clients est la condition pour réussir à vivre d’une activité de conseil. Un exercice loin d’être simple, surtout quand les premiers contrats ne se refusent guère. Le portage salarial s’avère alors rassurant. Porté par une société qui vous salarie le temps d’une mission permet de vous tester dans votre nouvelle activité, en limitant les risques et en bénéficiant de la souplesse de cette solution.

Gérer son temps et son argent
Les consultants ne tardent pas à comprendre que le mythe de la liberté des solos a ses limites. Notamment dans la possibilité de se libérer du temps. Entre prospection commerciale, déplacements et intervention chez leurs clients, leurs semaines sont surchargées…

Attention à ne pas sous évaluer la tâche et ses à côtés, au delà de vos interventions, comme le travail de préparation pour une session de formation par exemple ou les bilans, ni sous-estimer les besoins financiers. Avoir des réserves d’argent devant soi  et trouver la juste mesure en terme de tarification, sur la base de 800 euros à 2200 euros HT par jour en moyenne, selon l’ Agence pour la création d’entreprises, sont conseillés.

S’organiser
Surtout ne pas se disperser, ni perdre de l’énergie, et son temps, en se fixant des objectifs financiers et commerciaux : nombre de contacts, de rendez-vous et de missions à décrocher dans le mois, montants attendus…

Intégrer des réseaux
Interdiction de rester dans son coin. Un consultant doit se ressourcer intellectuellement pour innover et coller aux évolutions du marché.
D’où la nécessité de développer assez vite ses réseaux et d’asseoir, par ce biais, sa notoriété en valorisant son image et son expertise.
Comment ?  En multipliant les interventions à des conférences, en publiant des ouvrages ou encore en organisant des événements avec d’autres consultants.

Audrey Sommazi
RH Solutions 2014

Trackbacks/Pingbacks

  1. Devenir consultant : se lancer et sortir du lot... - 12 mai 2014

    […] Devenir consultant est-il un choix par défaut ou une volonté de s'épanouir dans sa carrière ? Il est important d'y répondre.  […]

Développez votre activité !

UN GUIDE (GRATUIT) de 40 PAGES DE CONSEILS

Développez votre activité !

UN GUIDE (GRATUIT) de 40 PAGES DE CONSEILS