Google+

Les clés de l’écriture sur le web

Nous sommes tous envahis de contenus (texte, image) via notre boite mail ou nos comptes Linkedin, Twitter ou Facebook… Mais toute cette information est-elle efficace ? Pas toujours, il faut se l’avouer…

Intéresser le lecteur sur internet et en particulier écrire sur le web n’est pas aussi simple qu’il y parait. Voici un tour d’horizon de « l’écriture web » et les bons conseils pour la maitriser  !

Savoir « écrire sur le web » est stratégique pour les indépendants

Les indépendants ont tous besoin de se faire connaitre et d’être reconnus comme des experts. Écrire sur le web permet donc :

  • d’attirer des prospects,
  •  renforcer l’intérêt du prospect pour ses services, tout au long de la relation commerciale,
  • transformer le prospect (le lead) en client,
  • le fidéliser,
  • voir le transformer en véritable ambassadeur !

ecrire-aa

Comme disent les américains : Content is king (le contenu est roi). Quand on parle de contenu, il faut bien sûr intégrer les images et la vidéo (dont l’usage explose), mais écrire web est la base de tout.

Savoir « écrire web » est utile pour l’internaute mais aussi pour les moteurs de recherche, Google en tête. En choisissant les bons mots clés et en suivant les recommandations des experts « référenceurs » *, l’article que vous publiez est identifié comme pertinent, utile. Il répond à une problématique et il est plus facilement proposé aux internautes qui cherchent des solutions en lien avec cette même problématique !

Les spécificités de l’écriture sur le web : une raison physiologique !

Mises à part les liseuses**, les écrans (tablettes, ordinateurs ou téléphone) agressent les yeux et les fatiguent.

De fait, la façon de présenter l’information (et donc d’écrire) doit s’adapter au support, comme le montre un comparatif entre l’actualité on-line et le quotidien papier (Le Monde, version en ligne versus version papier, 29/03/18).ecrire-web2 En résumé, voici les principales différences entre lecture écran et lecture papier :

  • sur écran, la lecture est ouverte et focale : orientée vers le tiers supérieur de la page, au dessus de la ligne de flottaison (la partie de l’écran visible) et avec un risque de fuite permanent (vers une autre information, via un lien, une image),
  • la lecture écran se fait en balayage visuel, elle est « scannée » (une lecture par bloc de mot). Résultat : seulement 20 % à 30 % des mots de la page sont lus et on lit 25% moins vite sur un écran,
  • la lecture écran est sélective et pratique le survol. De fait, l’œil va rechercher des données factuelles, chiffrées, suivre des hyperliens… Bref, essayer de trouver rapidement ce qui est utile et informatif,
  • la lecture sur un écran est plus rapide (ou du moins, le lecteur réduit son temps de lecture) : 30 à 60 secondes en moyenne sur une page. Notez aussi que les lecteurs sur écran lisent pour 50% en diagonale (sur papier : 75% lecteurs lisent en linéaire),
  • Sur écran, la lecture est une « lecture-action » : nous sommes en phase de recherche d’information et de consommation de contenu. D’ailleurs, les formats souvent plébiscités sont des informations « raccourcies » comme le « snack content » (le contenu « court à grignoter »).

Bref, vous l’avez compris, savoir écrire pour le web est une nécessité. Cela consiste à adapter l’écriture classique au media internet et à ces nouveaux enjeux liés aux spécificités de la lecture web.

aaaaa-replay

Écrire sur le web : Comment réussir ?

Pour réussir à écrire un premier article web, pensez bien que vous devez consacrer autant de temps à l’écriture qu’à la mise en forme du texte, afin de vous plier aux contraintes physiologiques énoncées plus haut. La règle à suivre : 50 % le contenu – 50% la forme.

Ensuite, prenez la casquette du reporter-journaliste et tenez compte des règles journalistiques. En effet, même si nous parlons de lecture sur l’écran, vous devez écrire un texte utile et attractif.

La règle de base d’un journaliste ? Rendre intéressant ce qui est important !

Votre premier travail consiste donc à identifier ce qui est intéressant pour votre prospect (en lien avec votre expertise bien sûr). Vous devez au travers de vos articles répondre à des questions comme :

  • Quels sont les problèmes de mon client idéal ?
  • Quelles contraintes rencontre-t-il au quotidien ou ponctuellement ?
  • Quelles questions se pose-t-il ?
  • Quels sont ses blocages pour développer son activité ou mieux travailler, ses « points de souffrance » ?

Vous devez par ailleurs adapter la problématique traitée à la maturité du lecteur. Pour cela, vous devez connaitre les différentes étapes du cycle de décision du client-acheteur,lorsque ce dernier choisit un prestataire et lance un projet. Vous pouvez faire autant d’articles qu’il existe d’étapes de réflexion.

Parler des problèmes du client est une règle importante qui se rattache à Loi de proximité, utilisée par les reporters : le lecteur souhaite que l’on parle de lui (de son travail, son argent, ses proches…) et de ses préoccupations !

ecrire-web

Une fois vos thématiques clés identifiées, rédigez un texte avec des phrases courtes (20 mots) suivant le principe de la pyramide inversée. Mettez en avant les informations les plus importantes, notamment dans le titre et les premières lignes. En clair répondez aux questions qui correspondent à l’acronyme QQOCCP, en donnant la priorité au Qui? (qui est concerné) et au Quoi? (de quoi s’agit-il), dès le titre si possible :

  • Qui a fait Quoi ?
  • Où ?
  • Quand ?
  • Pourquoi ?
  • …rajoutez aussi : Comment ? Combien ?

Vous couvrez ainsi tous les aspects du problèmes. Cette règle se rattache à la Loi des « Cinq W du journalisme ». Une règle fondamentale du reportage apprise depuis 1970 dans les grandes écoles de journalisme (en anglais : « who did what, where and when, and why ? »).

Note : La QQOQCCP (« Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Pourquoi ? ») est aussi une méthode empirique d’investigation qui intéresse  les consultants indépendants à l’heure de poser la problématique d’une mission .

Écrire sur le web : où ?

Email, post Facebook, Twitter... chaque outil et plateforme internet possède ses propres codes.

Pour commencer et affirmer votre expertise, il est conseillé d’écrire un article sous Linkedin. C’est d’autant plus utile que cet article enrichira votre profil ! Voici la procédure à suivre.

ecrire-web3
Un dernier conseil : préparez le texte sous word et rassemblez quelques images libre de droit*** afin de l’agrémenter. Tout est dit, à vous de jouer !

 

aaaaa-replay

 

Ouvrages de référence :

* Référenceurs : C’est un « métier sans diplôme » qui se développe avec internet ! Être Référenceurs ou Experts SEO (Search Engine Optimization), c’est proposer une expertise web aux clients désirant optimiser le positionnement de leur site dans les moteurs de recherche. Leur mission inclut au départ un audit du site. de là viennent des propositions d’optimisations en vue d’améliorer le référencement naturel, puis un travail régulier de recherche de « liens entrants » (backlinks) afin d’enrichir la réputation du site.

** La liseuse est une tablette qui utilise une « encre électronique » en noir et blanc (« l’E-Ink ») ce qui permet un confort oculaire proche du papier, quand la tablette fatigue vite les yeux.

*** Quelques banques d’image libre de droit

Les commentaires sont fermés.

Développez votre activité !

UN GUIDE (GRATUIT) de 40 PAGES DE CONSEILS

Développez votre activité !

UN GUIDE (GRATUIT) de 40 PAGES DE CONSEILS